Le nouveau membre de notre grande famille est, http://domaine-sorrom.forumactif.org/u133 !
Souhaitez lui la bienvenue !


 

Vous ne savez pas dessiner ? Aucuns problèmes!
De nombreux prédéfinis et designs libres sont disponibles pour votre premier personnage sur Sörrom!
Vous pouvez également demander aux dessinateurs du forum!
Rendez-vous ici :
Les portées de louveteaux ouvertesLes personnages prédéfinis à adopter
Demande de dessins



Partagez|

Fatigue, quand tu nous tiens [PV-Zanka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Touriste
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 32
Date d'apparition sur le Radar : 12/06/2015
Localisation : X

Infos sur personnage
Réputation ( Exp ):
0/0  (0/0)
RELATIONS:
Conjoint(e):
Ven 19 Juin - 18:32
    Nous sommes au Printemps de l'an 2025.





MessageSujet: Fatigue, quand tu nous tiens [PV-Zanka] Ven 19 Juin - 18:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fatigue, quand tu nous tiens"Ces pauvres cerveaux étroits qui croient que Dieu vend une place de son Paradis en échange d'un prière".



Je n'ai pas la moindre idée de comment je me suis retrouvé ici. En fait, je viens très souvent dans les parages, tout les jours presque, qu'apparemment, s'en est devenu une habitude. Peu importe, de toute façon, je voulais venir. J'ai besoin de réfléchir, encore une fois. De remettre mes idées en place, et d'organiser ma journée de demain. Le samedi, c'est jour de chasse -comme le reste de la semaine en fait-, mais chaque fois est différente de la précédente, et je n'aime que très peu être dépassé par les événements...

Je regarde le ciel et les étoiles, plus libres que moi… Au loin, une étrange lumière jaune se répand, et plus la nuit tombe, plus elle semble forte. Bien sûr, ce sont ces créatures marchant sur leurs pattes arrières, ceux qu'on appelle Humains ou Hommes. Je n'ai rien contre eux bien sûr. En fait, je n'en ai jamais vraiment approché un de près. Il faut dire que je ne m’aventure que rarement loin d'ici. En tant que chasseur, je n'ai besoin que d'aller là où les troupeaux se trouvent. Mais j'imagine qu'ils ne nous veulent pas du mal, ou ils l'auraient fait depuis longtemps. C'est ce que je pense en tout cas.

Cet endroit a toujours été le même, beau, et apaisant. Je m'y rend souvent, de préférence les soirs, puisque ce sont les moments les plus calmes. Peu de bruit, et une petite brise qui souffle entre mes deux oreilles, remuant les longs poils recouvrant mon corps de la tête aux pieds.

Je repense encore une dernière fois à ma journée. Longue et fatigante, mais bientôt il y aura des louveteaux, et tout le monde aura alors besoin de davantage de force. Les mères pour les nourrir, les autres pour s'en occuper, les protéger. Mon rôle est donc de trouver de la nourriture afin qu'ils ne manquent jamais de rien. Et savoir qu'ils vont tous bien, ça me fait plaisir. Ça me fait me sentir bien. Ça me donne le sourire.

Je reprend ma lente marche le long des sentiers fleuris. Le printemps, quelle belle saison quand même. De magnifiques fleurs colorées, des senteurs à vous envoûter. Et de mélodieux chants d'oiseaux. Non, vraiment, je pense qu'il s'agit de ma saison préférée. Le bétail n'a jamais été aussi abondant qu'en cette période. En hiver, il est trop dur à trouver. En Été, il fait vraiment trop chaud pour courir après ces pauvres bêtes. Et en automne, la boue et les relents de feuilles mortes me donnent la nausée. Certes, je serai toujours heureux à l'idée d'apporter à la communauté, mais tant qu'à faire, autant que ce soit plutôt agréable, non ?

Un bâillement s'échappe de ma bouche. Je crois que je ne vais pas tarder à rentrer. Ce n'est pas comme si quelqu'un allait remarquer mon absence. Mais plutôt que je n'aime pas trop traîner dehors la nuit. On entend suffisamment d'histoires comme ça, et je ne tiens pas à faire partis de ces romances horrifiques… Et puis bon, ma petite famille me manque un peu. J'ai beau la voir tout les jours, mes deux sœurs tiennent une grande place dans ma vie.
Parfois, je me dis qu'il me serait IMPOSSIBLE de partir rien que pour elles. Aussi, je ne leur en ai jamais parlé, peut être seraient elles d'accord de quitter la meute à mes côtés. Peut être pourrions nous vivre comme solitaires, trois amis se baladant jours et nuits sur des terres inconnues…
Cette vision semble si utopique, et si impertinente, que je la chasse de suite de mon esprit.
Frano, il t'arrive d'être vraiment bête. Et puis, le groupe a besoin de toi. Tu n'es sans doute pas le meilleur des chasseurs, le meilleur ami, le meilleur membre, mais néanmoins, tu apportes ta petite participation, et sans celle-ci… Oui, que se passerait-il sans celle-ci ?

Je rebrousse chemin, n'ayant que quelques minutes de marche, et encore un peu de temps devant moi, je ralenti la cadence. Profitons encore un peu de cette ambiance si parfaite.
Parfaite ? Pas si sûr. Au loin, une silhouette se dessine dans la pénombre, et je peine à le ou la reconnaître.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Bon client
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'apparition sur le Radar : 13/06/2015

Infos sur personnage
Réputation ( Exp ):
13/0  (13/0)
RELATIONS:
Conjoint(e):
Sam 20 Juin - 22:13
Les temps avaient changés et plus rien ne serait comme avant désormais. Les périodes si calmes et paisibles soudainement brisées par l’arrivée de ces sauvages. Entre les humains et les loups importés, tout n’était rien de plus qu’une raison de se battre. Pourquoi avaient-ils amenés d’autres races de lupin ici bas ? Pour satisfaire une quelconque envie de voir le sang couler inutilement, décidément la volonté des bipèdes étaient des plus étranges.

C’est ainsi que débuta sa soirée, la tête pleine de questions sans réponses. Zanka se torturait de savoir ce qu’il était bon de faire entre chasser les hommes ou les tuer. A quel prix pourraient-ils de nouveau vivre normalement, sans à combattre jour et nuit les étrangers menaçant leurs terres. Peut être que pour eux, les territoires ne voulaient rien dire, après tout il s’entassait bien dans leurs étranges tanières qu’ils faisaient pousser depuis le sol. La louve émit un grognement face à ses songes, entendu par ses camarades. L’art de dépecer une carcasse tout en se ruinant le moral. Mais elle n’avait plus faim, son ventre était noué par tant de choses que même le bon goût du lapin frais n’était désormais plus qu’un vague souvenir. L’impression de bouffer du coton alors que les autres canidés semblaient joyeux. La pauvre Zan’ les observait du coin de l’œil quand l’un d’entre eux lui adressa la parole.

« Bah tu manges pas ton lapin ? Si t’en veux plus je peux t’en délester haha. » fit-il tout en ricanant de bon cœur.

Lui adressant un regard froid, la demoiselle lui balança ses restes sur le museau puis se leva et partie sans dire un mot.
Oui ce lupin l’avait agacée, en même temps il venait de l’arrêter dans son monologue de pensées. Des brides d’idées qui fusionnaient les unes avec les autres pour venir lui filer le doute.

Zan’ se dirigeait par ce temps clair à travers la forêt. Son but était simple, aller le plus loin possible de l’agitation. Traînant son corps jusque dans la plaine sans même un regard pour la voûte céleste qui la baignait d’une lumière terne. La queue basse, ses yeux verts fixés sur son petit sentier, elle tentait de faire taire son cerveau. Seulement c’était un peu trop lui demander et seul la présence d’un autre animal la sortit de sa morne réflexion. De loin, elle ne put reconnaître que la silhouette d’un autre loup. Mais aucunes traces de son odeur dans les parages. La louve brune releva la tête et prit une posture fière et un air déterminé. Le canidé l’avait vu, c’était certain, en même temps dans une plaine, il y avait quatre vingt dix pourcent de chance de se faire voir. Soit, vu qu’il s’avançait tranquillement vers la forêt elle supposa qu’il s’agissait d’un membre de son clan alors elle ne s’inquiéta pas plus et se dirigea nonchalamment vers lui. Une fois suffisamment proche de lui, Zanka reconnut un membre de la famille royal. Lui aussi était chasseur, mais d’un autre côté, elle ne savait pas trop pourquoi. Le toisant avec respect, elle lui dit calmement :

« Bonsoir sieur Frano. Je ne pensais pas que vous étiez dans le coin… »

D’ailleurs que fichait-il ici celui là ? Dans tous les cas, le respecter était la première chose à faire, fils d’alpha et peut être un jour alpha, si cela lui permettait de vivre tranquille, Zan’ n’allait pas se le mettre à dos inutilement.

« Balade nocture ? » Fit-elle hésitante.

_____SÖRROM____________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© DResroav
MessageSujet: Re: Fatigue, quand tu nous tiens [PV-Zanka] Sam 20 Juin - 22:13

Revenir en haut Aller en bas
Touriste
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 32
Date d'apparition sur le Radar : 12/06/2015
Localisation : X

Infos sur personnage
Réputation ( Exp ):
0/0  (0/0)
RELATIONS:
Conjoint(e):
Lun 22 Juin - 21:50




MessageSujet: Re: Fatigue, quand tu nous tiens [PV-Zanka] Lun 22 Juin - 21:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fatigue, quand tu nous tiens"Ces pauvres cerveaux étroits qui croient que Dieu vend une place de son Paradis en échange d'un prière".



La brume se désépaissie petit à petit, dévoilant l'identité du visiteur. Il s'agit d'une femelle, de ma taille, mais peut être plus musclée. Je me sens légèrement mal à l'aise, je n'aime pas que l'on me rappelle à quel point je suis un nabot. Certes, ce n'est pas sa faute, mais je ne peux m'empêcher d'y penser à chaque fois que je me retrouve en face que quelqu'un de... mieux?

La belle aux yeux gris s'approche lentement vers moi, son pelage principalement marron foncé se fond dans la noirceur de la nuit, et je peine à la reconnaitre. Les jours sont encore très courts, et le soleil ne tarde jamais à se coucher. A cette période, le vent est encore frais, et je ne m'empêcher de grimacer à chaque petite bourrasques. Décidément, je suis une vraie chochotte.
Je plisse les yeux davantage, et arrive finalement, tant bien que mal, à reconnaitre Zanka. Je ne la côtoie pas plus que cela, mais elle aussi est chasseuse, et j'ai déjà eu l'occasion de lui parler à plusieurs reprise. Elle n'a jamais été très bavarde, et je ne connais donc que très peu de chose à son sujet.

Peut être serait-ce le moment d'en apprendre plus sur elle. De toute façon, j'ai du temps devant moi, et rencontre des gens de temps à autre, ça ne peut pas me faire de mal.

"Bonsoir sieur Frano. Je ne pensais pas que vous étiez dans le coin… "

Je sens la gêne monter en moi, et si je n'avais pas eu de poils, je serais certainement rouge. Aussi rouge que la plaie trônant fièrement sur mon épaule droite. Je baisse la tête, raclant la gorge. Pourquoi ce "sieur" avant mon prénom. Je ne suis qu'un loup comme les autres, ex-prince certes, mais cela devrait, à vrai dire, me rendre encore plus minable que je ne le suis déjà, non? Je pensais pourtant que les gens étaient au courant de la relation que j’entretiens avec mon père. Nous ne sommes aucunement les meilleurs amis du monde. Et cela fait de moi un presque total étranger à la famille royale...

"Balade nocturne?"

Elle semble tout autant gênée que moi. En fait, ça rend l'ambiance pesante. Je relève la tête, posant mes yeux sur elle. Zanka affiche un sourire contenu, dévoilant quelques dents blanchâtres, et légèrement usées. C'est malheureusement un des défauts des chasseurs. A force de planter les griffes et les crocs dans les os et la chaires, on les abime... Je tente moi aussi de jouer avec mes zygomatiques, sans grands résultats, accomplissant plutôt une vieille grimace. Cela semble pourtant la soulager, enfin, je crois...

Je n'aime pas vraiment que les gens se sentent mal à l'aise à cause de moi. Et parfois, je souhaiterais n'être qu'un simple membre du clan, et non pas le fils du grand Clorelus... Être l'ex prince est devenu un tel fardeau pour moi.
Une fois encore, l'idée de partir traverse rapidement mon esprit, et disparait aussi qu'elle est arrivée. Il faut que j'arrête d'y songer, car ce ne sont justement que des rêves, n'est-ce pas?

-Heu... Uuuu.... Oui!

J'inspire une grande bouffé d'air, soulagé d'avoir réussi à sortir une phrase, pour me mettre subitement à tousser. Saleté de mouchillon! C'est à cette période de l'année qu'ils commencent à être nombreux, se préparant à l'asseau des bêtes telles que les cervidés ou les ovidés...
Le sang me monte à la tête, encore plus confus que précédemment. Le sang fait battre mes tympans, et je peine à réfléchir. Pourquoi est-ce que je n'agis jamais de façon normale en présence des gens. Pourquoi faut-il toujours que j'ai l'air bizarre?

Je me secoue de la queue au museau, de manière à me ressaisir. J'ai si chaud, alors qu'il fait si froid. Un bon bain, voilà ce qu'il me faudrait. Malheureusement, je ne crois pas qu'il y ait une source d'eau à proximité. Je réfléchis un instant, mais mon cerveau ne semble pas apte à trouver une quelconque information intéressante.

Mon regard se dirige une nouvelle fois vers celui de la louve, elle semble attendre quelque chose, que j'engage de nouveau la discussion peut-être. Sauf que je ne sais pas quoi dire, et que plus les secondes passent, plus l'ambiance se fait pesante voire oppressante.

-Et touaaa... Zan-Zanka c'est ça? Que fais-t-tu dehors à une té-telle heure?

C'est toujours la même chose, lorsque je parle à une personne que je ne connais que très peu, je bégaye... Alors certes, je lui ai déjà parlé, mais du peu dont je me rappelle, j'avais, là aussi, enchainé avec difficulté les mots.
Le rouge me monte aux joues, et je me mets à gratter nerveusement le sol, tel un "tic". Je renifle, mon cœur bat la chamade, et je n'ai envie que d'une chose, rentrer chez moi, me coucher, et ne plus parler avec personne avant des années.
Cependant, demain, il faudra de nouveau se lever comme tous les jours. Aller chasser comme tout les jours. En compagnie de Zanka comme presque tout les jours... Elle doit me prendre pour un retardé mental, un abrutie de première catégorie. Dans un sens, elle aurait raison, je suis si maladroit. Autant dans mes gestes que dans ma façon de parler. Et malgré les apparences, je tente à chaque fois de tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de l'ouvrir.

Je suis déjà suffisamment gêné comme ça, pas besoin de l'être encore plus par des propos bêtes et dénués de sens...

Là haut, le ciel est devenu noir, et la seule lumière est celle des étoiles du petit croissant de lune. Je frissonne, je n'aime pas vraiment le noir.
Seulement quelques secondes se sont écoulés depuis ma précédente question, et j'enchaine directement sur une proposition des plus alléchante;

-Il se fait tard, peut être devrions nous commencer à nous rapprocher de la base?

Je la regarde, l'expression implorante. Mon attitude semble être celle d'un petit enfant à peine né. J'ai encore plus honte de moi même, mais j'ai tellement envie de rentrer. Tellement.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_____SÖRROM____________
Frafrafrafrafrafrano!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Bon client
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 156
Date d'apparition sur le Radar : 13/06/2015

Infos sur personnage
Réputation ( Exp ):
13/0  (13/0)
RELATIONS:
Conjoint(e):
Ven 26 Juin - 14:04
Peureux, stressé, bègue, il était certainement pleins de choses mais pas un futur alpha. Cela se voyait comme la truffe au milieu de la figure, Frano ne serait certainement jamais rien de plus qu’un chasseur. D’une part cela soulagea la demoiselle, pas besoin de faire trop de simagrées pour lui plaire. Autant être naturelle et profiter du moment tranquille. Zanka le laissa essayer de faire une phrase sans montée de voix ou découpage affreux de mots. Elle lui avait tellement peu parlé que la louve comprit que cela n’était pas pour rien. Non pas qu’elle avait quelque chose contre lui, c’était certainement un des rares loups respectables et respectueux mais sa nature était trop faible. Expirant brièvement, Zan’ lui répondit quasiment immédiatement :

« Je fuis les abrutis qui nous servent de collègues, ils sont tellement insupportables en ce moment… » La louve poussa un grognement agacé puis continua. « Et il est hors de question que nous rentrions aussi tôt, tu n’es pas comme ta sœur à avoir besoin d’une escorte alors profitons du peu de liberté qu’il nous reste. »

La chasseuse avait prit son ton le plus ferme et convainquant possible. Il n’allait certainement pas s’échapper si facilement. Même si son attitude d’enfant était tout à fait visible, elle ignora Frano et s’avança vers lui, le poussant à faire demi-tour d’un léger coup sur l’épaule. Puis elle continua de marcher vers la plaine. Se retournant vers son camarades brun, elle lui lança par-dessus l’épaule :

« Bon alors, tu viens ? Sois pas gêné, et te prends pas la tête quand tu parles, tu pourrais en subir les conséquences. »

Un petit rire s’échappa, signifiant le trait d’humour.

_____SÖRROM____________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© DResroav
MessageSujet: Re: Fatigue, quand tu nous tiens [PV-Zanka] Ven 26 Juin - 14:04

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Fatigue, quand tu nous tiens [PV-Zanka]

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Yoyo, quand tu nous tiens ...
» pourquoi nous ne pouvons pas répondre au sujet
» [Vos vidéos Fun]
» Coupure gps quand on appuie sur Système
» Quand Neufbox Evolution nous crie son malaise dès la musique de sa pub

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sous la terre :: Les archives-
Sauter vers: